Actualités

En refusant de rehausser leur financement, les gouvernements devront débourser beaucoup plus pour des services de police… nettement inférieurs.

Le service de police de la communauté autochtone de Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean cessera ses activités le 31 mars prochain. Les élus de cette Première Nation ont dû se résigner à cette douloureuse décision, n’ayant plus les moyens financiers de soutenir les déficits récurrents de ce service.

Paradoxalement, il en coûtera substantiellement plus cher aux gouvernements d’assurer un niveau de services analogue. À titre d’exemple, pour prendre le relais dans une communauté, la Sûreté du Québec aurait besoin d’un budget d’opération rehaussé de 40 %.

Dans une rencontre qui se tiendra demain avec le nouveau ministre de la Sécurité publique, le chef de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh, Gilbert Dominique, entend souligner cette absurdité dans le financement public consacré aux services de police autochtones au moment où les événements de Val-d’Or incitent à mieux outiller les communautés aux prises avec des problématiques sociales particulières.

Encore cette année, Mashteuiatsh participe activement à la mobilisation pour la réussite éducative dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire qui sont soulignées du 15 au 19 février 2016. Cette année, le comité de la persévérance — formé de divers intervenants impliqués dans le milieu scolaire — a présenté avec fierté une nouvelle image représentant la persévérance qui a été réalisée avec la collaboration de deux élèves de l’éducation des adultes, Mmes Tshephorna Bégin et Cécilia Raphaël.

ImagePerseverance2016v2

Un registre électoral se tenait à Mashteuiatsh du 11 au 14 février 2016, ceci en vertu du Règlement sur les élections du Conseil de la bande des Montagnais du Lac-Saint-Jean (Pekuakamiulnuatsh). Le bureau du registre électoral était situé à la salle Ushkui de Mashteuiatsh et il était ouvert de 9 h à 19 h lors des journées identifiées.

La greffière et responsable de l’organisation du registre électoral, Josée Buckell, a fait l’annonce publique suivante à la fermeture du bureau du registre :

« Considérant que le résultat du registre électoral démontre que 191 électeurs de la bande (sur une possibilité de 5 312) se sont inscrits au registre électoral tenu en vertu du chapitre 3 du Règlement sur les élections et que ce nombre est inférieur à 500 personnes, je déclare officiellement que le mandat du chef et de chacun des conseillers du Conseil des élus de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan se terminera à la fin de sa quatrième année et qu’une élection générale sera donc tenue le dernier lundi du mois de mai 2017. »

Les Premières Nations innues de Pessamit, Essipit et Mashteuiatsh prennent acte que le gouvernement du Québec a émis le 22 décembre dernier à Arianne Phosphate inc. un décret environnemental autorisant l’ouverture et l’exploitation d’un gisement d’apatite au Lac à Paul, incluant un tracé routier non encore définitif. Ces composantes du projet sont intégralement situées sur le territoire innu.

Les Innus tiennent à rappeler au promoteur et aux gouvernements du Québec et du Canada qu'avant d’aller de l’avant, ce projet devra faire l'objet d'une entente avec eux et qu’il devra être évalué en corrélation avec le projet de port maritime qui en fait partie intégrante.

Pekuakamiulnuatsh Takuhikan signifie qu’il entend participer au processus de médiation annoncé le 17 décembre 2015 par le Forest Stewardship Council (FSC) International, dans la mesure où les droits ancestraux, y compris le titre aborigène, de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh sont pleinement respectés.

Me Sylvain Ross, négociateur en chef du Regroupement Petapan, a annoncé aux chefs de Mashteuiatsh, Essipit et Nutashkuan que l’échéancier du 31 décembre 2015 prévu pour le dépôt d’un projet de traité devra être reporté de quelques mois.

Le Regroupement Petapan négocie depuis bientôt 11 ans les termes d’un traité avec les gouvernements du Canada et du Québec, au nom de ces trois Premières Nations innues. Ces négociations, qui se déroulent sur la base de l’Entente de principe d’ordre général signée en mars 2004, devaient prendre fin au plus tard en décembre 2015.

En soirée le mercredi 16 décembre 2015 à 18 h 30, à la salle communautaire de Mashteuiatsh, se tiendra une rencontre d’information concernant la décision du Conseil des élus d’abolir le service de police de Mashteuiatsh.

Une émission spéciale sur le même sujet aura lieu le 16 décembre à 8 h 30, sur les ondes de la radio locale CHUK 107,3. Il est à noter que cette émission spéciale sera rediffusée à 16 h 30 la même journée.

Mis en demeure par le Conseil de la Nation huronne-wendat, Pekuakamiulnuatsh Takuhikan n’entend aucunement retirer les panneaux d’identification qu’il a installés cet automne sur les routes 169 et 175 dans la réserve faunique des Laurentides et sur la route 155 qui mène à La Tuque.

Le Programme d'initiatives individuelles et communautaires (PIIC) se poursuit. Les Pekuakamiulnuatsh ainsi que les groupes, comités, associations et organismes sans but lucratif de Mashteuiatsh peuvent présenter une demande dans le cadre du PIIC, pour une initiative ou un projet s’inscrivant dans l’un ou l’autre des volets, soit CommunautaireCulture et Loisirs et sports.

La vice-chef aux relations extérieures de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, Marjolaine Étienne, participait aujourd’hui, comme membre du Groupe de travail des femmes élues de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, à une audition publique de la Commission des relations avec les citoyens de l’Assemblée nationale, plus précisément dans le cadre du mandat d’initiative « Les conditions de vie des femmes autochtones en lien avec les agressions sexuelles et la violence conjugale ».

Lien pertinent :
Assemblée nationale – mandat d’initiative « Les conditions de vie des femmes autochtones en lien avec les agressions sexuelles et la violence conjugale »